moteur de recherche

Établissement Français du Sang

Jean-Paul Dumond (IRG), Eric Hergon (EFS).

Bien que l'hypothèse du don comme un langage ait été posée (Godbout, 1996 ; Pierre, 2010) et découle des travaux tant de l'anthropologie structurale que de la sémiologie, elle n'a jamais été approfondie à notre connaissance. Au regard des travaux actuels sur le don, notamment sociologiques, elle présente, cependant, deux avantages majeurs. Elle dégage, premièrement, l'interprétation du don de l'impasse de la gratuité. Elle permet, en second lieu, de mettre en lumière le message dont les dons sont le véhicule. L'objectif de la recherche est d'explorer les caractéristiques du don en tant que langage, à savoir :

  • le ou les messages que les dons expriment ;
  • les différences et similitudes entre le symbole qu'est le don et le signe linguistique ;
  • les règles qui organisent la " signifiance " du don et leur caractère éventuel de système, voire de structure

La méthode consiste à analyser les caractéristiques du don en tant que langage dans quatre situations différentes :

  • le don cérémonial entre amis ou collègues sous forme d'invitations et de présents ;
  • le don du sang où le message apparaît plus obscur, tandis que le processus de don, l'avant et l'après du don, apparaît hors de visibilité ;
  • le don y est, néanmoins, manifeste ; le don dans le travail ; le don y est discret, voire secret, parfois interdit quand il est synonyme de corruption ;
  • le don des enfants en bas-âge. N'utilisant pas la langue parlée, les enfants en bas-âge posent des problèmes d'investigation d'une autre ampleur, mais ils ouvrent sur la caractérisation éventuelle du don comme un proto-langage propre à l'espèce humaine.